Romain P.

par (Libraire)
29 novembre 2021

Laissant en France la femme qui l'aime, Jean Véneuse embarque direction le Tchad où il doit prendre un poste dans l'administration. Son amour pour cette femme blanche l'interroge, l'effraie, lui, le noir, le martiniquais d'origine. Le racisme ne se dissout pas dans l'amour dans les années 20... Et de nos jours? René Maran évoque avec justesse et nous interroge encore, 70 ans après la parution de ce texte, ce que veut dire aimer quand l'éducation des coeurs s'écrit trop souvent en blanc ...
Un texte universel d'une grande richesse pour l'esprit.

par (Libraire)
29 novembre 2021

Dans les années 30, une jeune femme vit au Tatarstan sous l'autorité de son mari et de sa belle mère. Survint alors la dékoulakisation voulu par Staline, le destin de Zouleikha va s'en voir bouleversé ...
Dans les pas de ce personnage féminin envoutant, Gouzel Iakhina écrit une part douloureuse de l'histoire de son pays dans une langue qui touche dès les premiers mots.

par (Libraire)
9 novembre 2021

Les sens en éveil, Antonio Moresco propose trois ouvertures.
Trois moments de vies d'un narrateur : le séminaire, le militantisme et l'écriture. Trois ouvertures, pour un lecteur pris dans le flot de l'écriture de l'auteur. Trois ouvertures, sur une littérature qui invite à s'ouvrir totalement vers une réalité fictionnelle. Dialoguer avec Antonio Moresco, dans l’interstice de ses mots, est alors une formidable expérience littéraire...

Editions du Sous-Sol

25,00
par (Libraire)
9 novembre 2021

Dans l'Argentine des années 80, un père et son fils fuient. Quelles sont les raisons de cette intense cavale ? À travers six voix, six chapitres, Mariana Enriquez marche avec maîtrise sur une fine crête entre fantastique et réalisme. Une fascinante obscurité enveloppe le roman, laissant le lecteur découvrir sa part de nuit...

Une ascension à travers l'oeuvre de René Daumal

Gallimard

par (Libraire)
9 novembre 2021

Sans point, René Daumal nous a quittés sur une virgule.
Reste à nous, lecteurs, de découvrir le chemin laissé par ce premier de cordée, une ouverture vers l'ascension des possibles...
La fin est morte, vive la fin.