Caroline B.

Dernier commentaire

La Dernière rose de l'été
par (Libraire)
10 octobre 2020

Léo a quelque chose de l'aspirant écrivain typique. Employé dans une laverie, rêvant de prose à la John Fante,
son quotidien paraît bien morne comparé à ses aspirations. Quand son cousin lui propose de garder sa villa
en bord de mer quelque temps, Léo se dit qu'il aura peut-être là un lieu où trouver l'inspiration. Rapidement,
au fil de vacances rythmées par la lecture de Martin Eden et les bières fraîches, les regards de Léo se tournent
vers la villa voisine, où une jeune fille blonde semble partager son temps entre virées avec les copains et remontrances
de son père amateur d'art. Ces voisins étranges vont susciter l'intérêt de notre héros, d'autant que des
adolescents des alentours disparaissent mystérieusement.
Quand bien même il emprunte aux codes du thriller, ce roman graphique est une œuvre d'ambiance. Lucas Harari,
qui avait eu un joli succès d'estime avec "L'aimant" il y a trois ans, prend son temps pour camper ses personnages
et les situations dans lesquelles ils se débattent. L'écheveau policier de l'ensemble ne se dévoile que peu à peu.
Si l'on peut regretter une conclusion un peu téléphonée, on restera admiratifs devant le soin apporté au dessin,
magnifiquement mis en valeur par le choix d'un grand format à tranche toilée. Assurément un très beau cadeau pour la
fin d'année.

Aurélien